Soyez prêt

pour l'hiver!

Probio +immuni-T combine de la vitamine A et plus d’un milliard de probiotiques dans un même pot pour vous aider à savourer l’hiver.

IMPRIMEZ VOTRE COUPON>

Nano - 5 1/2

Probio + Immuni-T, un yogourt qui fait du bien

Les probiotiques, un allié au bien-être

Comment activer tous nos mécanismes de protection pour se sentir à son plein potentiel

Lire la suite

X

Génial ce corps! 

Les premières barrières naturelles contre un agresseur extérieur sont la peau et toutes les muqueuses du corps humain, dont celle du tube digestif, entre autres. Dans l’intestin, ce rempart anatomique élimine simplement les agents infectieux en les piégeant dans le mucus. Le transit intestinal fait le reste du travail et montre la porte de sortie aux intrus. Malgré tout, si l’agresseur passe au travers, de nombreux mécanismes immunitaires innés et adaptatifs entrent en action. Comme sur un champ de bataille, ces défenses de premières et secondes lignes sont toutes les deux bien orchestrées. Un allié inattendu du système immunitaire capte actuellement l’attention de nombreux chercheurs : le microbiote.

Microbiote… vous connaissez?

La définition du microbiote selon Bourlioux est un ensemble important de bactéries réparties tout au long du tractus intestinal et dont la composition est variable selon la localisation, les individus, l’âge et les périodes de la vie d’un même individu. Un autre terme utilisé pour microbiote est flore intestinale.

Débalancement de la flore intestinale : détérioration de l’état de santé

Plusieurs études montrent qu’un déséquilibre du microbiote est associé à une augmentation de la sensibilité aux maladies inflammatoires, aux allergies et au syndrome métabolique (diabète, obésité et risque de maladies cardiovasculaires). On fait également un lien indéniable entre la flore intestinale et le système immunitaire. On sait que jusqu’à 70% des cellules du système immunitaire se retrouvent dans l’intestin. La communauté scientifique est unanime sur un point. Les bactéries lactiques contenues dans les produits laitiers fermentés comme les yogourts Probio+immuni-T* contribuent à une flore digestive saine.

Maintenir en santé ses bonnes bactéries intestinales

Pour maintenir en santé ses bonnes bactéries intestinales, sept recommandations nutritionnelles ont été proposées lors de la Conférence internationale sur la Nutrition en médecine en 2016 :

· Construire les repas autour des aliments à base de plantes : légumes, fruits, grains
entiers et légumineuses.
· Viser une consommation d’au moins 50 g à 55 g de fibres par jour.
· Inclure au moins 5 à 8 g de prébiotiques à base de plantes par jour.
· Consommer des aliments fermentés ou avec des probiotiques.
· Éviter la viande rouge et les additifs alimentaires.
· Limiter la consommation de matières grasses, surtout si le risque de diabète de type 2
est élevé.
· Utiliser des antibiotiques uniquement lorsque c’est nécessaire.

Un coup de pouce bien simple

La recette est simple pour permettre à son corps d’optimiser la capacité de ses défenses naturelles : avoir de bonnes habitudes de vie en général, bouger, dormir et bien manger!  Amorcer la journée par des aliments astucieux et hautement nutritifs semble anodin, mais c’est se donner des munitions pour passer au travers de sa journée, qu’importe la saison. Pensons à une tranche de cantaloup, quelques abricots ou pruneaux séchés, une poignée de graines de citrouille et une portion de yogourt qui contient de grandes quantités de bactéries bénéfiques telles que des bactéries lactiques*. Ces petits riens feront une différence du matin au soir.

* [Probio +immuni-T contient plus d’un milliard de bactéries probiotiques (BB-12 MD Bifidobacterium Lactis) par portion.]

Références

Mayer G., Dr., École de Médecine de l’Universités de Caroline du Sud et Hudrisier D., Dr., Centre national de la recherche scientifique (CNRS)- Institut de pharmacologie et de biologie de l’Université de Toulouse. Pages consultées le 15 novembre 2017. Microbiologie et immunologie-en ligne, cours gratuits en français et en anglais (2012) [en ligne]

Extenso, Centre de référence sur la nutrition de l’Université de Montréal. Page consultée les 15 novembre 2017. Renforcez votre système immunitaire (2012) [en ligne]

Lecerf J.-M., Dr., Chef du service de nutrition de l’Institut Pasteur de Lille. Page consultée le 15 novembre 2017. Nutrition et immunité (2014) [en ligne]

BOURLIOUX P. et coll., Groupe de travail Microbiote intestinal Santé Environnement de l’Académie Nationale de Pharmacie de France. Page consultée le 17 novembre 2017, L’actualité du microbiote intestinal, présentation du 5 juin 2013 [en ligne]

Rooks M.G. et Garrett W.S. Page consultée le 17 novembre 2017. Gut microbiota, metabolites and host immunity (2016)[article publié] Nature Reviews Immunology 2016;16(6):341-352 et [en ligne]

Miglioranza Scavuzzi B. et coll. Page consultée le 17 novembre 2017. The role of probiotics on each component of the metabolic syndrome and other cardiovascular risks (2015) [article publié] Expert Opinion on Therapeutic Targets 2015 et [en ligne]

Vighi G. et coll. Page consultée le 17 novembre 2017. Allergy and the gastrointestinal system (2008) [article publié] Clinical Experimental Immunology 2008; 153(Suppl 1): 3–6 et [en ligne]

Roy D., Dr., professeur titulaire, Sciences des aliments, Université Laval et chercheur Institut sur la nutrition et les aliments fonctionnels (INAF) Canada. Assisté 24 septembre 2016 et pages consultées le 17 novembre 2017. À table avec votre microbiote! Communication scientifique lors du 60 e Congrés de l’OPDQ (2016) [en ligne]
et vulgarisation La Presse [en ligne]

Savoir Laitier, Destiné aux professionnels de la santé. Page consulté le 17 novembre 2017. Les produits laitiers fermentés pourraient avoir des effets immunologiques favorables [en ligne]

 

La santé au quotidien avec un grand A

Les bienfaits de la vitamine A vont au-delà de la santé des yeux, des os, des dents et de la peau. Cette vitamine participe également au maintien du système immunitaire.

Lire la suite

X

A comme dans Avantages

La vitamine A contribue à la fonction normale des défenses immunitaires de premières lignes, comme celle des cellules de la barrière intestinale et des muqueuses entre autres. Elle intervient aussi dans la production d’anticorps.
C’est la seule vitamine pour laquelle Santé Canada permet de souligner sa contribution au maintien d’un système immunitaire normal sur des emballages de certains aliments.

A comme dans Aliments

Dans l’alimentation, la vitamine A provient soit de sources animales (le rétinol) ou de sources végétales (les caroténoïdes). Les sources animales significatives sont le foie, les produits laitiers gras ou enrichis en vitamine A et les poissons gras.
Les légumes et les fruits contribuent à environ 50 % des apports en vitamine A. Pour remplir ce contrat, un minimum de 5 portions de fruits et de légumes doit être consommé tous les jours. On puise également notre vitamine A dans les produits laitiers, les viandes et substituts et les produits céréaliers.
Pour 40 % des Canadiens qui ont un apport insuffisant en vitamine A, il devient facile de remédier à ce manque en équilibrant son assiette quotidienne.

A comme dans Alléchant

Étant donné l’importance de la contribution des produits laitiers dans l’apport en vitamine A au Canada, tous les laits écrémés liquides, évaporés ou en poudre doivent être enrichis pour remplacer la quantité perdue lors de l’écrémage. Par contre, ce n’est plus une obligation pour un produit fait avec du lait comme les yogourts.
Un petit tour sur les étiquettes des produits vous confirmera que iögo Probio Immuni-T est le seul yogourt probiotique de sa catégorie* qui est fait avec un lait enrichi en vitamine A et qu’une portion de 175 g contribue à fournir 15 % de la valeur quotidienne en vitamine A. Un plus indéniable pour ceux et celles qui surveillent la qualité de leurs aliments!
*yogourt probiotique régulier, non réduit en gras.

Références

Institute of Medicine, Food and Nutrition Board. Page consultée le 17 novembre 2017. Dietary Reference Intakes: Vitamin A, Vitamin K, Arsenic, Boron, Chromium, Copper, Iodine, Iron, Manganese, Molybdenum, Nickel, Silicon, Vanadium, and Zinc. Washington, DC: National Academy Press, 2001[en ligne]

Extenso, Centre de référence sur la nutrition de l’Université de Montréal. Page consultée les 17 novembre 2017. Vitamine A (2012) [en ligne]

Wintergerst ES, et coll. Page consultée le 17 novembre 2017. Contribution of selected vitamins and trace elements to immune function (2007) [article publié] Annals of Nutrition and Metabolism: 51(4):301-23, 2007 [en ligne]

López-Varela s. et coll. Page consultée le 17 novembre 2017. Functional foods and the immune system: a review (2002) [article publié] European Journal of Clinical Nutrition: 56, S29–S33, 2002, [en ligne]

Agence canadienne d’inspection des aliments. Page consultée le 17 novembre 2017. Allégations nutritionnelles fonctionnelles, mise à jour 2017, [en ligne]

Blanchet C. et coll., Institut national de santé publique du Québec. Page consultée le 17 novembre 2017. La consommation alimentaire et les apports nutritionnels des adultes québécois (2009) [en ligne]

Les diététistes du Canda. Page consultée le 17 novembre 2017. Sources alimentaires de vitamine A (2014) [en ligne]

Santé Canada. Page consultée le 17 novembre. Fichier canadien sur les éléments nutritifs (FCÉN), 2015 [en ligne]

Agence canadienne d’inspection des aliments. Page consultée le 17 novembre 2017. Ajout de vitamines aux produits laitiers, mise à jour 2013, [en ligne]

Agence canadienne d’inspection des aliments. Page consultée le 17 novembre 2017. Aliments auxquels des vitamines, des minéraux nutritifs et des acides aminés peuvent ou doivent être ajoutés, mise à jour 2014 [en ligne]

[NOTE : LA POPULATION CIBLÉE POUR L’ARTICLE EST LE QUÉBEC, MAIS ON A LES DONNÉES CANADIENNES: Pour la moyenne canadienne (taux de prévalence plus élevé) mais qui ne reflète pas la particularité du Québec : La prévalence d’un apport insuffisant en vitamine A s’élevait à plus de 40 % chez la plupart des groupes d’âge et de sexe.] Santé Canada. Page consultée le 17 novembre. Les adultes canadiens comblent-ils leurs besoins en nutriments uniquement grâce à l’alimentation? (2012) [en ligne]

Santé Canada. Page consultée le 17 novembre. Bien manger avec le Guide alimentaire canadien, 2007 [en ligne]

World Cancer Research Fund and American Institute for Cancer Research. Page consultée le 17 novembre 2017. Food, Nutrition, Physical Activity, and the Prevention of Cancer: a Global Perspective, (2007) Washington DC : AICR, [en ligne]

En réserve si questions sur les suppléments vitaminiques des Canadiens, nouvelle étude sur les collectivités canadiennes pas encore analysée mais premiers rapports sortis en juin 2017 :
Statistique Canada. Page consultée le 17 novembre. Feuillets d’information de la santé, Consommation de suppléments nutritifs, 2015 [en ligne]

Autre référence analysée cette fois, avec des données de consommation de 2004 :
Statistique Canada. Page consultée le 17 novembre. Vatanparast H. et coll. Statut socioéconomique et consommation de suppléments de vitamines et de minéraux au Canada, 2015 [en ligne]

J'adore les produits laitiers mais eux ne m'aiment pas

Et c’est bien dommage, car en plus d’être délicieux les produits laitiers font également partie d’une alimentation saine et équilibrée.

Lire la suite

X

Sans lactose: est-ce pour moi?

Ballonnements, flatulences, maux de ventre sont souvent les signes d’une digestion difficile. Pour certaines personnes, le lactose pourrait en être la cause.  Tout le monde y va avec son conseil du jour. Mais qu’en est-il vraiment?

Facile la digestion du lactose?

Le lactose est un sucre naturellement présent dans le lait de vache et d’autres animaux (chèvre). On le retrouve également dans les aliments fabriqués à partir de ces laits. Pour le digérer, le tube digestif produit habituellement de la lactase, une enzyme, qui “coupe” le lactose en deux autres sucres qui sont alors absorbés et utilisés par le corps humain.

Pour certain, pas si simple!

Habituellement, la digestion du lactose se fait dans le petit intestin. Cependant, certaines personnes n’ont pas assez de cette fameuse lactase pour le digérer efficacement. Le lactose se rend, alors, jusqu’au gros intestin et subit une transformation par les bactéries de la flore intestinale en différents composés, dont un gaz. Chez certaines personnes, les flatulences peuvent être nombreuses plus ou moins douloureuses. L’inconfort peut durer plusieurs heures et éventuellement s’accompagner de crampes, diarrhées, nausées ou vomissements.

Pour en avoir le coeur net

En fermentant le lactose, les bactéries du gros intestin produisent de l’hydrogène, un gaz qui passe dans le sang et est évacué au niveau des poumons. C’est grâce à la mesure de la quantité d’hydrogène expiré que l’on peut déterminer s’il y a une intolérance au lactose. C’est un test simple et accessible qui devrait être interprété par un spécialiste afin de personnaliser l’approche du traitement approprié selon les symptômes observés.

La teneur en lactose des aliments

Les aliments fabriqués à partir du lait n’ont pas tous la même teneur en lactose. Certains yogourts en contiennent plus que d’autres à cause de la quantité de poudre de lait écrémé, de lactosérum (petit lait) ou de solides de lait ajoutée pour les fabriquer. Le lactose des yogourts est mieux toléré que celui du lait en breuvage.

Les laits

Quantité consommée Produit Quantité de lactose (g)
250 ml Lait de vache (3,25%, 2% et 1% de M.G.) 13
250 ml Lait sans lactose Sans lactose

Les yogourts

Quantité consommée Produit Quantité de lactose (g)
175 ml Yogourt, nature (2 à 3,9% M.G.) 5
175 ml Yogourt iögo Probio Immuni-T sans lactose Sans lactose

Sans lactose ou teneur réduite en lactose ?

De la lactase alimentaire peut être ajoutée à certains produits laitiers pour éliminer la présence du lactose comme dans le lait et les yogourts. La déclaration « Sans lactose » signifie bien que la compagnie a fourni une preuve que le lactose n’est plus détectable dans le produit final.
La mention « teneur réduite en lactose » est bien moins catégorique que la précédente! Une simple réduction de 25 % de la teneur initiale en lactose permettrait à un fabricant d’inscrire cette indication sur l’emballage. Il y a donc une quantité résiduelle de lactose dans le produit final. C’est bien différent!

Une approche individuelle

Dans tous les cas, chaque intervention se doit d’être une approche individuelle. Il est donc préférable de chercher les causes de son intolérance au lactose ou du moins apprendre à connaître ses réactions.
Parfois, il suffit de consommer ses produits laitiers préférés dans un repas qui contient des protéines, des gras et des fibres. Le plus important est de rechercher des produits adaptés à ses besoins et d’éviter de s’enfermer dans des restrictions alimentaires majeures qui nuiraient à sa santé globale.

Références

Suchy FJ, Brannon PM, Carpenter TO, Fernandez JR, Gilsanz V, Gould JB, Hall K, Hui SL, Lupton J, Mennella J, Miller NJ, Osganian SK, Sellmeyer DE, Wolf MA. Page consultée le 23 novembre 2017. National Institutes of Health (NIH) Consensus Development Conference Statement: Lactose Intolerance and Health. [publié] NIH Consens State Sci Statements : Feb 22–24; 27(2):1–27, 2010 [en ligne]

Heyman MB, for the Committee on Nutrition, the American Academy of Pediatrics. Page consultée le 23 novembre 2017. Clinical report: Lactose Intolerance in Infants, Children, and Adolescents. [publié] Pediatrics : September; VOLUME 118 / ISSUE 32006, 2006 [en ligne]

Santé Canada. Page consultée le 23 novembre 2017. Fichier canadien sur les éléments nutritifs (FCÉN), 2015 [en ligne]

Les diététistes du Canda. Page consultée le 23 novembre 2017. Sources alimentaires de lactose (2012) [en ligne]

Extenso, Centre de référence sur la nutrition de l’Université de Montréal. Page consultée les 23 novembre 2017. Les fromages : sont-ils tous équivalents? (2015) [en ligne]

Kolars JC et coll. Yogurt – An Autodigesting Source of Lactose. The New England Journal of Medicine J Med 1984; 310:1-3January 5, 1984
Agence canadienne d’inspection des aliments. Page consultée le 23 novembre 2017. Allégations relatives à la composition – Allégations « sans lactose » ou « teneur réduite en lactose », mise à jour octobre 2017 [en ligne]

Agence canadienne d’inspection des aliments. Page consultée le 23 novembre 2017. Liste des enzymes alimentaires autorisées dans ou sur des produits (Listes des additifs alimentaires autorisés), mise à jour octobre 2017, [en ligne]

Découvrez trois recettes anti-grisaille

On nourrit votre vraie nature!

C’est tellement important d’être le plus naturel possible, même quand on est un yogourt! Mais on a aussi un ingrédient secret…

Découvrez-le ici. >